Transcend aime la reconnaissance vocale

En annonçant ses résultats financiers, en croissance de 34%, Transcend en a profité pour encenser les technologies de reconnaissance vocale qui ont permis d’importants gains de productivité.

Cette société de transcription de documents médicaux, basée à Atlanta, dit que 24% de sa production est totalement automatisée et que l’objectif est d’atteindre 40% d’ici 2009.

Nintendo propose l’anglais par la pratique

Améliorez votre anglais à l’aide de votre DS ! Practise English! Parler l’anglais au quotidien vous donne les outils nécessaires pour prendre de l’assurance en anglais. Il vous propose des exercices concrets et amusants, et suit la progression de votre apprentissage au moyen d’un système d’entraînement.

Practise English! Parler l’anglais au quotidien met en scène des conversations, des réactions et des situations de la vie courante. Dans certains exercices, le logiciel vous énoncera des mots anglais que vous devrez épeler, intégralement ou en partie, sur l’écran tactile de la DS. Dans d’autres, vous améliorerez vos compétences orales en parlant dans le microphone intégré de la DS. Le logiciel est en mesure de juger de la précision de votre prononciation.

Les supports de ces exercices sont aussi intéressants que variés : mini-jeux et paroles de chansons. Le logiciel garde également une trace des exercices que vous n’avez pas réussi à faire pour pouvoir vous donner une seconde chance. Toutes ces particularités font de Practise English! Parler l’anglais au quotidien l’outil idéal pour vous donner des bases solides.

(source: Nintendo)

MIO emboîte le pas de NavNGo

Mio annonce pour décembre 2007, le C620.

Il sera doté de la toute dernière cartographie Tele Atlas dont l’innovation majeur n’est autre que la cartographie en 3D. Confort et réalisme au menu, donc !

Ainsi que l’annonce 01net, c’est un des meilleurs GPS avec le TomTom Go 720 et son système de reconnaissance vocale. A quand un GPS disposant de ces deux innovations ?

Source 01net

Langage naturel

Mener une conversation avec un ordinateur … le rêve de beaucoup de chercheurs.

Selon Nina Petukhova, scientifique au Trapeznikov Institute of Management Problems de la Russian Academy of Sciences, et fondatrice du projet, l’innovation n’est pas dans la reconnaissance vocale, qui existe depuis bien longtemps, mais dans le logiciel et le matériel utilisés, qui permettent de proposer une réelle interaction entre l’homme et la machine.

Un système de communication intelligent comprend le langage naturel. Capable d’écouter et de répondre pertinemment à son interlocuteur, il est basé sur la reconnaissance vocale et la voix de synthèse, et passe par l’identification de mots-clés pour fournir une réponse appropriée. Automatique, il est disponible 24 heures sur 24, sans aucune interruption. D’où sa possible application dans le secteur de la réservation de services, des boîtes vocales et des services d’assistance.

Un logiciel interactif

« Nous avons dû fournir une base de données à la machine, contenant des réponses types aux questions posées. Nous avons également enseigné au système à obtenir certaines données de la part de son interlocuteur sur le mode de l’interactivité », explique-t-elle. Ainsi, le système, autonome, peut guider la personne qu’il a au bout du fil selon les données préalablement échangées. Un client souhaitant obtenir une date de départ se verra demander par la machine le jour, voire le siège souhaité dans l’avion. Selon les responsables du projet, le système se distingue également par sa capacité à reconnaître les mots-clés, ce, malgré le grand nombre de grains de voix, d’accents et d’intonations différents des personnes au bout du fil.


Un service fiable en permanence

Cependant, le système redirige une personne vers un interlocuteur humain si elle s’exprime de manière trop indistincte. Lors de la conversation, sur la réservation d’un billet d’avion pour reprendre l’exemple précédent, le dispositif répète ou pose sa question en d’autres termes en cas de mauvaise compréhension de la réponse du client. Selon les fondateurs du projet, il devrait fournir un service de renseignement plus fiable et pertinent que les logiciels de réservation automatique ou les services Internet, qui peuvent ne pas être accessibles. Le tout, sans subir les aléas de l’humeur ou l’indisponibilité en fin de semaine d’un correspondant humain.

Source : l’ATelier BNP paribas