L’avenir de la reconnaissance vocale

Ces dernières années, nous avons vu se développer les serveurs vocaux en langage naturel. Pour rappel, on appelle le langage naturel cet usage de la reconnaissance vocale adapté aux phrases complexes, par opposition à la simple reconnaissance de mots clés. Dans le même temps, le service SYNC de Ford, qui permet aux automobilistes de piloter les services à bord, du GPS à la musique, a évolué vers un phrasé plus naturel. Tout comme d’autres services de GPS, il est maintenant possible d’énoncer directement une adresse complète alors qu’auparavant il fallait faire reconnaître la ville, puis la rue et enfin le numéro.

Et puis, en 2010, deux bouleversements sont venus esquisser l’avenir de ces solutions de traitement de la parole. Tout d’abord IBM, qui a osé défier les meilleurs joueurs du jeu télévisé Jeopardy, avec son ordinateur Watson, qui comprenait les questions et émettait les réponses en vocal. Les progrès réalisés concernent le traitement de la langue comme la recherche d’information. Or là est la clé, ce que Siri, l’autre bouleversement, tend à démontrer. En effet ce qui permet à Siri de répondre avec plus de précision, c’est aussi le moteur de recherche associé, Wolfram Alpha, et non uniquement la reconnaissance vocale.Wonder Woman movie trailer

En parallèle, les logiciels d’analyse sémantique font aussi d’étonnants progrès, aidant à mieux classifier les demandes. On imagine aisèment qu’associés aux services vocaux ils pourraient aider à mieux répondre.

Watson et Siri ouvrent la voie à des applications beaucoup plus naturelles et efficaces que nous devrions voir poindre dans la relation client sous peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *