Nuance rachète Philips Speech Recognition Systems

Nuance annonce le rachat de Philips Speech Recognition Systems. Cette filiale de Royal Philips Electronics est le premier fournisseur européen d’appareils de dictée vocale et de solutions de reconnaissance vocale pour professionnels, notamment les médecins. Montant de l’opération : 66 millions d’euros.

« Cette acquisition permet à Nuance de renforcer considérablement sa position sur le marché médical en Europe. En outre, elle traduit son engagement à optimiser la manière dont les professionnels de la santé peuvent dispenser plus rapidement le traitement médical adéquat et raccourcir le délai d’attente des patients », peut-on lire dans un communiqué.

Philips Speech Recognition Systems a déjà installé 8.000 équipements dans de nombreux centres hospitaliers en Europe, notamment la plate-forme SpeechMagic, permettant la capture d’informations sous format numérique via la transcription automatique des données et la reconnaissance vocale, disponible en 25 langues.

La santé est un enjeu majeur pour des acteurs tels que Nuance puisque selon le Gartner, les dépenses informatiques dans ce secteur devraient atteindre 81,3 milliards de dollars en 2008 et croître de 5,2% chaque année d’ici 2012. Et les technologies vocales font partie des priorités en termes d’investissements avec également la télé-médecine, le dossier médical informatisé etc…

En France, le marché des Systèmes d’informations hospitaliers (SIH) représentait 850 millions de dollars en 2007 avec un taux de croissance de 8,5%, selon Frost & Sullivan.

Nuance se lance dans le médical

Non contente de lancer la version 10 de Dragon Dictate, Nuance annonce la version orienté médical de son logiciel de dictée vocale.

Avec cette version plus rapide (jusqu’à deux fois), un dictionnaire spécialisé et une intégration aux logiciels médicaux courants, cette nouvelle version devrait séduire les médecins et hôpitaux.

Bob Wise, le directeur de la division médicale de Nuance, explique que la forte demande d’optimisation et les besoins de réduction des coûts opérationnels seront les vecteurs d’un rapide retour sur investissement de ces solutions.

Pour en savoir plus : Nuance Healthcare

Dictée vocale en SaaS

Afin de permettre au plus grand nombre d’accéder à la dictée vocale, LED Engineering a eu la bonne idée de proposer le système SpeechMagic en service sur internet.

DicteeOnLine, c’est donc un outil très professionnel de reconnaissance vocale externalisé, quasiment sans installation (pour garantir la qualité, il faut installer des drivers de haut niveau) et avec un coût réduit. La qualité étant le soucis principal de LED engineering, ils conseillent fortement l’acquisition de microphones ou dictaphones et autres Mémo Pads professionnels.

L’autre différence notable avec les logiciels de dictée vocales, c’est qu’il n’y a pas d’apprentissage.

Les utilisateurs peuvent réduire leur temps de frappe, mais aussi travailler de n’importe où, leur code d’accès leur donnant tous les avantages des solutions hébergées.

Orienté médical, le système de Philips contient deux dictionnaires avec les termes propres à la médecine et la radiologie. Un troisième dictionnaire comprend les termes juridiques, les avocats peuvent donc aussi bénéficier de ce service. D’autres dictionnaires sont en cours de développement pour offrir la solution aux notaires, assureurs et journalistes.

Pour en savoir plus :

Nuance signe avec Samsung … et pense aux francophones !

Samsung Electronics à signé un contrat pluriannuel portant sur l’ensemble des applications de la gamme Nuance Mobile.

En optant pour les solutions vocales mobiles de Nuance, Samsung simplifie et optimise l’utilisation de ses téléphones portables, applications et services. Ce nouveau contrat prévoit entre autres l’exploitation des solutions de synthèse vocale de Nuance permettant notamment la lecture audio des messages texte. VSuite, la solution universelle de commande vocale de Nuance, garantit le mode mains-libres, l’accès d’une seule pression d’un bouton aux fonctions du téléphone et la commande vocale. Quant à la solution de reconnaissance vocale VoiceMode de Nuance, elle simplifie et accélère la saisie de texte dans les applications embarquées. Une simple pression sur un bouton permet de dicter du texte en langage naturel, au rythme d’élocution habituel.

Nuance annonce aussi l’adaptation française de son service de recherche et de communication pour terminaux mobiles.

Les clients canadiens de Rogers Wireless seront les premiers à bénéficier de la version francophone de Nuance Voice Control, service simple et rapide de numérotation vocale, de consultation de contenus Web et de dictée d’e-mails. Les commandes en langage naturel de Nuance Voice Control confèrent une interface vocale aux terminaux mobiles et à leurs applications, rendant ainsi possible la saisie de données dans l’agenda, la dictée des contacts, la lecture de fichiers musicaux, l’obtention d’itinéraire ou encore la recherche d’informations sur le Web (coordonnées d’entreprises, actualités, prévisions météorologiques, cours de la bourse, résultats sportifs, etc.). Le service permet également de dicter aux smartphones des e-mails et messages texte, lesquels sont retranscrits instantanément, prêts à être envoyés. Dans un premier temps, la version francophone du service sera limitée à certains modèles BlackBerry, dont les modèles 8800, 8310 et 8110, puis étendue aux périphériques Windows Mobile, quelques semaines plus tard.

Reconnaissance vocale sur client léger

IGEL Technology, buy spécialiste des client légers, annonce un partenariat avec Philips Speech Recognition Systems pour proposer de la dictée vocale sur ses solutions sous Linux. Particulièrement adaptés au monde médical, ces systèmes devraient optimiser la rédaction des comptes rendus.

Erhard Behnke, président de IGEL annonce « les médecins pourront dicter immédiatement le résultat de leurs observations. Ils devraient même être aidés par la tablette ProScribe, qui permet de dicter leur compte rendu directement auprès du patient. »

Pour découvrir IGEL :

Dictée vocale sans faute

La Clinique du Mail (le lieu, pas le courrier électronique …) réussit sa dictée vocale numérique sans fautes.

Grâce au système de dictée vocale numérique, les patients du Groupe Clinique du Mail n’attendent plus leurs comptes rendu radiologiques. La qualité de l’accueil s’est améliorée et la productivité a augmenté.

Au sein du Groupe Clinique du Mail, le plus important centre d’imagerie médicale de la région de Grenoble, les dictaphones n’ont plus droit à la parole. Un système de reconnaissance vocale remplace avantageusement ces derniers depuis déjà 4 ans. A l’instar de nombreux centres de radiologie, les médecins de la Clinique du Mail empruntaient auparavant ces dictaphones pour établir le compte rendu de l’examen radiologique. Ces commentaires audio étaient ensuite retranscris par des secrétaires médicales afin d’imprimer le document remis au patient.

Plusieurs facteurs ont motivé la suppression des ces accessoires à commencer par une casse récurrente évaluée à un ou deux dictaphones hors service par mois. « De plus, qui dit dictaphone dit cassettes soumises à l’usure et sujettes à des mélanges voir des pertes. Mais c’est surtout le délai de 1 à 3 semaines pour produire le compte rendu médical qui nous a amené à la dictée vocale numérique. Outre ce délai que nous jugions trop long tout comme nos patients, la dictée conventionnelle compliquait la gestion du temps de travail. Malgré notre pool de 50 secrétaires médicales nous étions obligé de recourir à du personnel intérimaire et à des CDD pour résorber les périodes de pointes. Inutile de dire que tout cela avait un coût » précise Christian Le Roux, Directeur Général du Groupe Clinique du Mail. A raison de 800 comptes rendus remis chaque jour, le Groupe Clinique du Mail se devait d’optimiser le temps de traitement de ses documents médicaux. Un cahier des charges, suivi d’un appel d’offre a donc été lancé dans ce sens. « Après avoir évalué plusieurs produits sous l’angle technique et financier, nous avons retenu la solution Dictaplus d’Annotext, articulée autour du moteur de reconnaissance vocale SpeechMagic de Philips Speech Recognition Systems. Parmi les arguments qui nous ont convaincu, il faut citer la facilité d’utilisation et de mise en œuvre. Dictaplus autorisait une dictée dans Word, un traitement de texte utilisé au sein du groupe pour la gestion du dossier patient. Enfin, ce produit supportait une fonction de Workflow, permettant d’automatiser la transmission des dictées entre praticiens et secrétaires, ce qui répondait idéalement à notre configuration multi-site.» poursuit Christian Le Roux.

« Il suffit d’une demi-heure d’entrainement sur la base d’une dictée modèle dotée d’un vocabulaire choisi, pour qu’un nouveau médecin atteigne un taux de reconnaissance vocale de l’ordre de 98 %, une fois les premières correction appliquées par les secrétaires médicales » affirme Christian Le Roux. Quoiqu’il en soit la bascule vers la dictée vocale numérique était inévitable compte tenu de la politique d’amélioration des processus métiers appliquée au groupe. Sur ce point Christian Le Roux se plait à dire « qu’il utilise la norme ISO non pas comme une fin en soi, mais comme un outil proactif ». Dans la même perspective d’excellence, ce dernier a ouvert un forum en ligne dès le lancement du projet, afin de faire remonter les problèmes de déploiement et les suggestions d’amélioration.

Plantronics et Nuance proposent le must de la reconnaissance vocale

Le spécialiste des casques de communication et l’éditeur de logiciels de la reconnaissance vocale annoncent un partenariat autour de la solution Dragon Naturally Speaking 9. Pour l’achat d’un micro-casque Plantronics Audio 310 et Audio 610 USB, les consommateurs pourront tester gratuitement pendant 15 jours Dragon Naturally Speaking 9, logiciel de reconnaissance vocale. Le logiciel leur sera proposé à prix réduit à l’issue du test.

« En associant les casques de haute qualité Plantronics et le logiciel Dragon Naturally Speaking les utilisateurs auront le kit parfait pour la reconnaissance vocale. Les micro-casques Plantronics sont optimisés pour le logiciel Dragon NaturallySpeaking, afin d’assurer la précision lors de la dictée à l’ordinateur », commente Steven Steenhaut, Directeur Marketing International des divisions Productivity et Healthcare solutions chez Nuance.

Au tribunal

On se croirait dans le Silence des Agneaux … sauf que c’est le greffier qui a un masque !

200 mots à la minute, sans toucher au moindre clavier, c’est le record atteint par ce système. Le greffier répète ce qu’il entends, dans ce masque équipé d’un microphone totalement isolé des bruits extérieurs.

Claire Block, commercialise ce produit inventé dans les années 1940 par Horace Webb, greffier militaire ! Avec le logiciel Audioscribe, en 2004, elle a initié ce nouveau produit facile à apprendre.

Là où il fallait 33 mois pour apprendre la sténographie, il suffit de 6 mois pour maîtriser la dictée vocale.

Le Pocket Memo de Philips

Philips lance ce nouvel appareil au design doux et innovant pour mieux enregistrer vocalement ses mémos.

Prise en main aisée, viagra buy écran LCD lisible, boutons intelligents et enregistrement sur mémoire SD des fichiers au format DSS qui fournit une qualité sonore excellente et rend la retranscription très agréable. Il est par ailleurs compatible avec les applications de reconnaissance vocale.

Le Pocket Memo numérique est fourni avec le logiciel paramétrable SpeechExec Dictate de Philips. Chaque variable peut être configurée individuellement pour chaque auteur. L’interface intuitive permet de suivre facilement les travaux en cours, en particulier les fichiers urgents qui sont identifiés pour être transcrits prioritairement.

Thomas Brauner, Directeur Général de Philips Speech Processing, déclare : « Philips offre des solutions de dictée qui correspondent aux différents besoins des professionnels. Le Pocket Memo numérique 9370 est un condensé de technologie de pointe, de logiciel facile d’utilisation et d’accessoires utiles. Au total, c’est un excellent argument pour passer, tout de suite, de la dictée analogique au numérique. Notre nouveau produit porte un message clair : ‘Qu’attendez-vous ?’. »

En phase avec le programme d’actions EcoVision et le processus de développement EcoDesign de Philips, le Pocket Memo numérique 9370 est un nouveau produit respectueux de l’environnement. Cet appareil ne contient aucune matière dangereuse et l’utilisation de sa batterie réduit sa consommation d’énergie de près de 30 %, tout en garantissant une plus longue durée de fonctionnement.

Pour en savoir plus :

Qui se souvient de Lernout & Hauspie ?

Alors que la cour de justice européenne de Luxembourg confirme la condamnation pour « abus de position dominante » de Microsoft, prononcée en mars 2004 par la Commission européenne, avec notamment les plaintes d’Alcatel Lucent et ATT pour violation de brevets de reconnaissance vocale, le procès Lernout & Hauspie va bientôt reprendre en appel en Belgique, et d’autres acteurs (Dexia, KPMG) semblent impliqués … un petit rappel sur une étrange aventure.

Jo Lernout et Pol Hauspie … du rêve au cauchemar ?

L&H a été fondée en 1987 par Jo Lernout et Pol Hauspie, persuadés que les techniques vocales allaient ouvrir un marché florissant. Il faudra 8 ans pour vraiment démarrer et s’introduire en bourse (Nasdaq en premier, puis Easdaq). Basé à Ypres,innovant dans une Belgique attentive, L&H devint la plus belle réussite belge en matière de nouvelles technologies et le pilier de ce que l’on appella la Flanders Valley et encouragea de nombreuses initiatives. Ayant acquis Dictaphone puis Dragon Systems, L&H paria sur les logiciels de dictée vocale. Séduits, Intel, Microsoft et la région Flandres investissent des dizaines de millions de dollars dans l’affaire, la capitalisation boursière atteint 9 milliards de dollars.

Mais en 2000 certains experts commencent à douter des annonces technologiques, alors que les laboratoires les plus réputés n’arrivent pas à approcher les mêmes performances. En parallèle, quelques experts financiers de Goldman Sachs questionnent les résultats financiers. Le Wall Street Journal révèle en août que les revenus annoncés par la filiale asiatique sont au moins doublés fictivement … L’enquête montrera que 45% de l’ensemble des ventes étaient fictives. En avril 2001 les fondateurs et leur directeur général sont arrêtés, pris par le plus grand scandale financier … avant Enron ! 600 millions de dollars de dettes et les économies de 17 000 actionnaires vont s’évanouir.

C’est Scansoft, spécialiste de la reconnaissance optique qui reprendra les actifs, pour 20 millions de dollars, avant de les développer, d’acquérir SpeechWorks puis Nuance, pour justement, se rebaptiser Nuance.

Le cabinet d’audit KPMG, un des leaders mondiaux du secteur, a participé à cette gigantesque fraude pour couvrir les véritables chiffres de L&H, maintenant c’est Dexia qui est poursuivi pour s’être approprié 30 millions de dollars investis par une société asiatique …

Cette aventure montre encore une fois combien la pression de la valorisation boursière, surtout dans les années de la fameuse bulle Internet a pu mener des dirigeants à la fraude.

L’aspect positif c’est que L&H tira fortement les technologies vocales, induisant beaucoup d’initiatives et propageant les travaux des meilleurs ingénieurs. Les anciens se retrouvent aujourd’hui tant chez Nuance que chez TeleAtlas ou les grands opérateurs de Telecom.