Mercedes améliore sa reconnaissance vocale

Mercedes passe son syst§me de navigation embarquée en langage naturel.

Parce qu’ils sont fastidieux à utiliser, en faisant épeler le nom du pays, puis la ville, la rue et confirmer à chaque étape, Mercedes a mis au point un algorithme de reconnaissance vocale capable de comprendre une adresse entière.

Cette évolution du système Linguatronic permet de meilleurs résultats et un usage nettement plus naturel. Il fonctionne dans six langues, concerne 15 pays européens et sera proposé dans un premier temps sur la nouvelle Classe S.

C’est la solution One-Shot Destination Entry de Nuance qui a été choisie pour cette nouvelle version. 73 % des personnes interrogées dans le cadre de son étude sur la simplicité d’utilisation des interfaces à commandes vocales ont déclaré être extrêmement satisfaites des systèmes de navigation embarqués à commandes vocales. En tête des principales améliorations qu’elles souhaiteraient voir développer figurent l’optimisation du langage naturel et de la concision des échanges, ainsi que la réduction du nombre de confirmations.

A noter, selon de récentes enquêtes commanditées par Nuance, les commandes vocales des systèmes de navigation embarqués figurent en tête des fonctions les plus efficaces à réduire la distraction des conducteurs et à simplifier l’utilisation de ces dispositifs.

Et voici les comédiens qui ont prété leurs voix à Mercedes : linguatronic

TellMe sur mobile

Windows Mobile 6.5 devrait embarquer la technologie de TellMe, déjà disponible sur Blackberry. La recherche vocale, la dictée de SMS et la gestion de l’annuaire seront alors possible vocalement.

tellme-thm.jpg

Et comme les interfaces vocales sont plus agréables en langage naturel, c’est la voie suivie par TellMe. Dariusz Packzuski, explique que le service « est si intuitif que ce sera sans doute l’interface majeure sur les mobiles dans les années à venir » D’ailleurs il donne comme exemple un service de bourse enn ligne où il est possible de demander « d’acheter 5000 actions de Coca-Cola ». Dans ce type de transactions, si un élément manque, seul ce dernier sera réclamé par le service.

La reconnaissance vocale ne se fait pas sur le processeur, mais sur les serveurs de TellMe, transmis en VoIP.

Disponible à l’automne, sur le portail de Microsoft, il est déjà testable sur certains Blackberry ou sur le numéro : 1-800-555-TELL.

Conversive : le nouveau langage naturel

Conversive, bien connu pour son automate de discussion en langage naturel veut étendre son expertise à la reconnaissance vocale.

Conversive Speech Recognition se donne comme premier objectif l’élimination des reformulations, sans doute un des principaux motifs de rejet de la part des utilisateurs. L’expérience accumulée par la gestion de chat online leur permet de penser que beaucoup de périphrases amènent à la même réponse, il suffit de bien les repérer.

L’offre n’est pas encore détaillée mais on a vu apparaître deux nouveaux partenaires, Cepstral et Nuance

Robert Williams, président de Conversive, pense que seule la satisfaction prime, quand bien même les entreprises cherchent à réaliser des économies, et que son offre apporte les deux. On attend de voir les premières réalisations !

Etude automobile

Nuance avait annoncé une étude sur l’usage des appareils embarqués par les automobilistes, elle confirme le succès des fonctionnalités de reconnaissance et de synthèse vocales. En effet, huit automobilistes sur neuf déclarent utiliser régulièrement les systèmes à reconnaissance vocale embarqués dans leur véhicule.

Menée par Maix Research and Consulting cette enquête révèle également que 73 % des utilisateurs se disent satisfaits par ces technologies, les réclameront à l’achat de leur prochain véhicule et les recommanderont à leurs amis.

Voici les principaux résultats de cette enquête :

  • La téléphonie et la navigation à commande vocale sont les applications privilégiées des automobilistes : 83 % téléphonent, 80 % répondent aux appels et 76 % saisissent leurs destinations à la voix de manière systématique ou fréquente.
  • Les commandes vocales se prêtent à davantage de scénarios de conduite que les commandes manuelles : la majorité des personnes interrogées (environ 75 %) déclarent préférer les commandes vocales lors de leurs déplacements, en particulier dans certaines situations. En effet, 50 % des utilisateurs apprécient d’utiliser les commandes vocales lorsqu’ils sont accompagnés. Ils sont 18 % de plus (68 %) à préférer les utiliser lorsqu’ils sont seuls. 58 % d’entre eux se servent des commandes vocales dans des lieux qu’ils connaissent et 69 % dans des lieux inconnus. 63 % des sondés ont déclaré utiliser les commandes vocales lorsque la circulation est calme ou normale, contre 71 % lorsque le trafic est intense et particulièrement stressant.
  • L’âge joue un rôle dans l’adoption des commandes vocales : l’utilisation de systèmes embarqués à reconnaissance vocale est généralement plus fréquente chez les jeunes conducteurs (entre 18 et 29 ans) que chez les automobilistes plus âgés (40 ans et plus), qui se contentent de les utiliser uniquement dans les lieux qu’ils connaissent mal ou lorsque le trafic est intense.
  • Les utilisateurs de systèmes embarqués à reconnaissance vocale disposeraient volontiers de davantage de fonctionnalités « connectées » : cette étude indique en effet que les personnes interrogées préféreraient disposer de davantage de services vocaux « connectés ». Ils sont 43 % à affirmer qu’ils utiliseraient volontiers des services d’information continue sur la circulation routière, 40 % des services de prévisions météorologiques et 37 % des fonctions de recherche d’entreprises locales.
  • Les utilisateurs attendent un dialogue plus naturel : les personnes interrogées dans le cadre de cette étude ont été invitées à citer les améliorations qui, selon elles, les encourageraient à utiliser davantage les systèmes embarqués à reconnaissance vocale dans la voiture. Elles ont ainsi majoritairement évoqué l’optimisation du naturel des dialogues, qui accélèrerait les échanges avec les systèmes et en simplifierait donc l’utilisation.

Moteur de recherche en langage naturel

Le traitement du langage naturel est un champ important des recherches informatiques, que ce soit en technologie vocale ou textuelle. Voilà que Stephen Wolfram annonce, sur son blog, qu’il ouvrira en mai un moteur de recherche totalement naturel : Wolfram Alpha !

Et Stephen Wolfram n’est pas un fantaisiste. Mathématicien doué, il a créé le logiciel Mathematica et participé à de nombreuses recherches en calcul formel. Aussi il ne propose pas de remplacer Google, ni de faire un simple ajout au web sémantique, mais d’apporter un véritable outil de compréhension.

Nova Spivack a pu le tester et en donne un compte rendu intéressant sur son blog, il nous faudra nous en satisfaire, en attendant, le site WolframAlpha d’ici le mois de mai …

Source : Futura Science

Saynergy

Derrière ce nom se cache une initiative de Vocalcom, Umanify et Loquendo pour créer un assistant.

Basé sur le langage naturel, Saynergy permet aux centres de contact de mieux automatiser les questions ouvertes et décharger le centre d’appel. Commercialisé par Vocalcom, cette offre s’appuie sur les technologies vocales de Loquendo et les avatars d’Umanify. Ces derniers sont compatibles avec le web et les mobiles du type iPhone ou Gphone.

On attends avec intérêt une démonstration …

Le vocal pour trouver son produit

Fabrice Lacroix, président d’Antidot, donne sa vision des axes de performance du moteur de recherche dans le e-commerce à Neteco. Et il est intéressant de constater qu’il pense que le langage naturel en fait partie, car cela permet enfin à « l’internaute de s’exprimer dans son propre vocabulaire, sans avoir à se soucier des données du site et de leurs modélisations. » Mais aussi de le justifier parce que  » Ce type de module est une aide à la recherche qui réduit considérablement la notion de multicritère lorsque le modèle de données est très détaillé et précis. »

A lire intégralement sur Neteco

La fin des centres d’appels ?

Un titre provocateur … tiré d’un compte rendu de Jean Michel Billaut !

Ce dernier est en Californie, visite de nombreuses start-up, et nous en fait profiter. Ainsi des hollandais de Q-Go et leur moteur de recherche en langage naturel, qui pourrait remplacer partie des centres d’appels, selon son président, Marcel Smit. Voilà dont un nouvel acteur qui se propose d’aider au fonctionnement des centres d’appels en filtrant, aiguillant, comprenant les motifs d’appels et en cherchant à y répondre, avec une démarche non hiérarchique.

Ce qui est sûr, c’est que les technologies de langage naturel commencent à se répandre, avec de vrais succès, et peuvent apporter des services aux clients. Surtout depuis que l’ergonomie est mieux prise en compte dans ces applications. A ce sujet, on vous conseille le dernier billet du blog SoNear.

Pour en savoir plus :

Internet en main libre

Alors que certains pays comme le Canada interdisent le téléphone au volant, le constructeur texan ATX propose à ses clients Ford, Peugeot, BMW, de laisser les conducteurs piloter le web à la voix tout en conduisant.

Browse By Voice est donc un système permettant la consultation d’un moteur de recherche par la voix, en langage naturel, capable d’appréhender les termes spécifiques de la conduite dans un véhicule. L’équipementier pense même bientôt proposer des commandes en langage naturel pour la composition de messages texte et l’envoi de courriels, ou la gestion des réseaux sociaux …

Pour en savoir plus :

AT&T veut changer notre vision de la TV

Depuis des années, AT&T travaille sur un projet nommé Watson, qui avait pour premier objectif de rendre vocales les oreillettes. Maintenant, ils finalisent U-Verse, pour transcender nos télécommandes.

Il sera alors possible de dialoguer, en langage naturel, avec son téléviseur et lui demander de chercher quelle chaine diffuse un western, ou s’il y a un film avec Louis de Funes …

Le seul ennui, c’est que AT&T ne donne aucune indication sur la disponibilité de cette offre ! Mais on peut rêver !

Pour en savoir plus sur Watson et sur U-Verse