Un nouvel algorithme en reconnaissance de la parole ?

Une collaboration entre université allemande et britannique semble prometteuse pour améliorer la reconnaissance de la parole. L’institut « Human Cognitive and Brain Sciences » de l’université Max Planck de Leipzig et le Wellcome Trust Center for Neuroimaging annoncent en effet un nouveau modèle mathématique qui serait beaucoup moins sensible aux bruits. Notre cerveau sait mieux distinguer la parole des séquences bruyantes temporelles comme l’explique Stefan Kiebel, aussi une analyse prenant en compte les « niveaux temporels » (dans une discussion sur l’été, les lettres SU sont plus susceptibles d’annoncer SUN que SUPER …) doit donner des résultats plus précis. Le défaut réside alors dans les conversations où les acteurs changent de sujet !

La patience s’impose, cette recherche neuroscientifique promet des résultats à court terme, avec des exemples concrets dans … quelques années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *