Etude automobile

Nuance avait annoncé une étude sur l’usage des appareils embarqués par les automobilistes, elle confirme le succès des fonctionnalités de reconnaissance et de synthèse vocales. En effet, huit automobilistes sur neuf déclarent utiliser régulièrement les systèmes à reconnaissance vocale embarqués dans leur véhicule.

Menée par Maix Research and Consulting cette enquête révèle également que 73 % des utilisateurs se disent satisfaits par ces technologies, les réclameront à l’achat de leur prochain véhicule et les recommanderont à leurs amis.

Voici les principaux résultats de cette enquête :

  • La téléphonie et la navigation à commande vocale sont les applications privilégiées des automobilistes : 83 % téléphonent, 80 % répondent aux appels et 76 % saisissent leurs destinations à la voix de manière systématique ou fréquente.
  • Les commandes vocales se prêtent à davantage de scénarios de conduite que les commandes manuelles : la majorité des personnes interrogées (environ 75 %) déclarent préférer les commandes vocales lors de leurs déplacements, en particulier dans certaines situations. En effet, 50 % des utilisateurs apprécient d’utiliser les commandes vocales lorsqu’ils sont accompagnés. Ils sont 18 % de plus (68 %) à préférer les utiliser lorsqu’ils sont seuls. 58 % d’entre eux se servent des commandes vocales dans des lieux qu’ils connaissent et 69 % dans des lieux inconnus. 63 % des sondés ont déclaré utiliser les commandes vocales lorsque la circulation est calme ou normale, contre 71 % lorsque le trafic est intense et particulièrement stressant.
  • L’âge joue un rôle dans l’adoption des commandes vocales : l’utilisation de systèmes embarqués à reconnaissance vocale est généralement plus fréquente chez les jeunes conducteurs (entre 18 et 29 ans) que chez les automobilistes plus âgés (40 ans et plus), qui se contentent de les utiliser uniquement dans les lieux qu’ils connaissent mal ou lorsque le trafic est intense.
  • Les utilisateurs de systèmes embarqués à reconnaissance vocale disposeraient volontiers de davantage de fonctionnalités « connectées » : cette étude indique en effet que les personnes interrogées préféreraient disposer de davantage de services vocaux « connectés ». Ils sont 43 % à affirmer qu’ils utiliseraient volontiers des services d’information continue sur la circulation routière, 40 % des services de prévisions météorologiques et 37 % des fonctions de recherche d’entreprises locales.
  • Les utilisateurs attendent un dialogue plus naturel : les personnes interrogées dans le cadre de cette étude ont été invitées à citer les améliorations qui, selon elles, les encourageraient à utiliser davantage les systèmes embarqués à reconnaissance vocale dans la voiture. Elles ont ainsi majoritairement évoqué l’optimisation du naturel des dialogues, qui accélèrerait les échanges avec les systèmes et en simplifierait donc l’utilisation.

Et maintenant Microsoft

Avec le succès grandissant de l’AppStore, l’arrivée de Google, voilà Microsoft qui présente sa stratégie pour promouvoir le développement d’applications pour mobiles : le Windows Marketplace for Mobile.

Annoncée lors du Mobile World Congress de Barcelone le mois dernier elle sera disponible avec le système d’exploitation Windows Mobile 6.5.

Les développeurs recevront 70% du prix de vente (le même taux qu’avec Apple) et auront accès à des services de support, en s’abonnant pour 99 dollars par an à la marketplace (c’est gratuit pour les étudiants …).

Comme quoi le marché des mobiles continue d’évoluer …

Accélérer le R.O.I.

Après le contrat de confiance, TuVox propose le programme de R.O.I. accéléré. Une façon intéressante de dynamiser le marché et de séduire les clients hésitants.

La firme de Cupertino propose de remplacer le coût initial des licences par un modèle lissé, semblable à ce qui se pratique en SaaS.

Mark Lazar, président de TuVox, explique que c’est une réponse aux besoins des entreprises qui souhaitent alléger leurs charges sans pouvoir investir fortement. Avis que partage Elizabeth Herrell, de Forrester, qui publie l’étude Ten Steps For Reducing Contact Center Expenses.

Un exemple à suivre ?

Entraînement au contrôle aérien

Les controleurs aérien ont besoin de se former dans des conditions proches du réel. Auparavant les instructeurs devaient à la fois simuler les échanges radio et suivre la progression de leurs apprentis controleurs.

ATCAussi Vitrociset et MythosTech viennent d’annoncer une nouvelle solution automatisant les échanges radio afin que les instructeurs puissent se concentrer sur le suivi. Pour cela ils ont fait appel à la solution TTS de Loquendo, vocalisant les réponses des pilotes simulés, dans le respect strict des normes ICAO (International Civil Aviation Organisation).

Pour en savoir plus :