NinSight se distingue

Octobre 2007, link Maison de la Chimie, hospital Paris, France. En partenariat avec DIGIWRITERS, spécialiste des prestations de sous-titrage et sur-titrage, NINSIGHT l’éditeur français de solutions logicielles pour l’audiovisuel, a mis à contribution sa solution de sous-titrage en direct à l’action.

Digiwriters, prestataire de NPA conseil lors du colloque Horizon 2012 à la Maison de la Chimie le 24 octobre 2007, a réalisé en temps réel la transcription et l’édition des comptes rendus du colloque et ce en utilisant la solution logicielle ProTitle Live de Ninsight, une entreprise déjà bien établie sur le marché européen distribuant ses solutions de sous-titrage à des acteurs majeurs de l’audiovisuel tels qu’ARTE, France Télévision, TV5, TF1, MTV, M6, Canal +, etc.

Etant donné l’importance de ce colloque de par les problématiques traitées et de par la visibilité générée par ses intervenants tels que, par exemple, Mr. Michel Boyon, Président du CSA, Mr. Didier Lombard, Président de France Télécom, Mr. Bertrand Meheut, Président de Canal+, Mr. Nicolas de Tavernost, Président du Directoire de M6 ou encore Mr. Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, il était crucial pour une équipe aussi rigoureuse que celle de Digiwriters de travailler avec une solution performante et son choix s’est porté sur ProTitle Live, la solution de sous-titrage en direct avec reconnaissance vocale pour laquelle Ninsight a, par ailleurs, été récompensé lors du SATIS 2007 avec un SATISFECIT.

Au cœur de cette collaboration entre DIGIWRITERS et NINSIGHT, nous devrions voir ProTitle Live passé à l’action de plus en plus souvent et pas forcément dans son cadre initial de prédilection, à savoir le sous-titrage de programmes télévisés.

Détecteur de mensonge

Oldham Council étudie les outils de vérification vocale pour limiter la fraude.

Cette décision fait suitre uite au succès du projet mené par le Harrow Council, avec un système de reconnaissance vocale analysant le stress et basé sur une application militaire utilisée pour mesurer les interrogatoires. de mai à septembre, Harrow a économisé la bagatelle de 110 000 livres et identifiant les tentatives de fraude !

Le « Department for Work and Pensions » estime la fraude annuelle à 700 millions de livres pour sa part et étudie le même système.

Le conseiller Howard Sykes, pense que « les technologies peuvent aider à améliorer l’efficacité et qu’il est important d’y prêter attention … même si l’on peut émettre des réserves quant au respect des libertés individuelles. »